Le contexte de la création

Le commanditaire du château, Jean de Buisson est issu d’une famille de capitouls toulousains souvent en relation avec des banquiers dont beaucoup étaient italiens.

A l’issu de la victorieuse bataille de Cérisoles en Italie il est nommé, en raison de sa bravoure, capitaine de 50 hommes d’armes et autorisé à porter blason.  Comme homme de guerre il connaît Galiot de Genouillac, grand maître de l’artillerie de François I, qui a fait bâtir dans les années 1530 le château d’Assier dans le Quercy tout proche.

Une des grandes figures du Rouergue de la Renaissance est Georges d’Armagnac, évêque de Rodez dès 1530 à moins de 30ans. Il a été l’aumônier de Marguerite de Navarre, la sœur de François I. Lors de son ambassade à Venise, il est accompagné de son secrétaire particulier, Guillaume Philandier, auteur d’annotations sur le traité de Vitruve.  Amateur de texte antiques et sensible à tous les arts, c’est par son intermédiaire que Serlio  arrive à la cour de François I.

Le voyage en Italie, la fréquentation de la cour et la proximité de Philandrier, l’architecte érudit de Georges d’Armagnac, ne sont pas étrangers à la magnificence du château. 

informations légales | agence web paris