JARDIN

Les jardins du château de Bournazel ont été créés à la Renaissance par les commanditaires du château, Charlotte Mancip et son époux Jean de Buisson. Leur dessin a été réalisé par l’architecte qui est intervenu lors de la seconde campagne de travaux à partir de 1545.

Fruit d’une savante recherche géométrique, leur tracé reprend les proportions de la grande façade à serliennes de l’aile est. Ils se composent de deux espaces bien distincts. D’une part le verger et d’autre part le « jardin clos » qui est limité par un grand mur de pierre et qui contient des parterres fleuris et taillés, un labyrinthe, des fontaines, une grande pièce d’eau et un jardin de chambres.

Par-delà la géométrie de la composition, les 9 parterres du « jardin clos » évoquent, par fragments, les personnalités des deux inventeurs de ce lieu magique. Chaque parterre renvoie à des correspondances symboliques telles que les pratiquaient les hommes de la Renaissance. Le jardin devint un parcours allégorique dans lequel se délivrait un message très clair sur l’éducation d’un prince. Conçu comme une suite d’étapes que l’on peut suivre dans n’importe quel ordre, il offre une sorte de portrait chinois du courtisan français, habité par l’honneur, la bravoure et le « bel esprit ». Détruit lors des Guerres de Religion, puis abandonnés au fil des siècles, les jardins ont été récemment recrées à partir des résultats de fouilles archéologiques et de recherches en archive.

Depuis janvier 2019, ils sont classés Jardins Remarquables.