Le Château Renaissance

La construction du Château de Bournazel débuta par l’aile nord dans les années 1540 sur l’emplacement du logis médiéval. Pendant que Jean de Buisson participe à la 9ème guerre d’Italie menée par François I et au cours de laquelle il s’illustre à la bataille de Cérisoles en 1544, son épouse conduit les travaux. Les travaux de l’aile nord seront achevés en 1545. La façade sur cour de l’aile nord se caractérise par une composition régulière ordonnée en travées avec superposition des ordres (ordre dorique au 1er niveau, puis ionique et corinthien) en référence à l’architecture antique et au traité de Vitruve, seul traité d’architecture antique qui nous soit parvenu.

L’aile orientale, datée des années 1555, est rattachée à la précédente par un retour d’équerre ouvrant sur la tour nord-est. Elle s’inspire encore d’avantage de l’antiquité avec pour une des 1ère fois en France l’utilisation de la travée rythmique à la façon de Bramante et de Serlio. Le portique présente donc une alternance de niches et d’immenses arcades. Caractère profondément romain, les baies sont garnies à l’intrados de caissons comme dans les arcs de triomphes ou les basiliques. Au niveau supérieur, un couloir est aménagé à travers les grandes arcades pour permettre le passage entre l’escalier d’honneur et l’aile nord. C’est la 1ère fois que ce type de dispositif était utilisé en France dans l’architecture civile.

À l'instar des châteaux de la cour du roi François Ier, le château de Bournazel était un lieu de réception dont l'architecture devait refléter le savoir-vivre du seigneur. À cet effet, l'aile nord, élevée sur trois niveaux, accueillait l'ensemble des chambres, tandis que l'aile orientale était organisée pour la réception, avec les cuisines au rez-de-chaussée, la grande salle à l'étage et la chapelle aux combles.

L’architecte de Bournazel demeure inconnu.

informations légales | agence web paris